Smartphone

Instagram demande l’autorisation des photographes pour utiliser des images

Written by admin

Instagram affirme que ses conditions de service n’accordent pas aux sites web une sous-licence pour intégrer les images d’autres personnes. Les politiques d’Instagram “exigent que les tiers aient les droits nécessaires des détenteurs de droits applicables”, selon un porte-parole de la société. Cela inclut de s’assurer qu’ils ont une licence pour partager ce contenu, si une licence est requise par la loi.

La nouvelle fait suite à une défaite juridique de Newsweek en début de semaine, lorsqu’un juge de New York a décidé que le magazine ne pouvait pas rejeter la plainte d’un photographe sur la base des conditions de service d’Instagram. Un autre juge avait précédemment déterminé qu’Instagram pouvait sous-licencier des photographies aux sites qui intègrent ses posts, protégeant ainsi le site Mashable d’un procès. La récente décision ne contredit pas cette conclusion, mais la juge Katherine Failla a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve qu’Instagram ait accordé une telle sous-licence.

Un procès récent s’est appuyé sur les règles d’Instagram

Instagram envisage d’intégrer davantage d’options de contrôle

Aujourd’hui, Instagram est apparemment en train de clarifier la situation en faveur des photographes. Il n’a pas précisé quelle partie de sa politique couvrait les droits d’intégration, mais la page sur les droits d’auteur indique que les utilisateurs conservent “le droit d’accorder la permission d’utiliser votre travail protégé par des droits d’auteur, ainsi que le droit d’empêcher d’autres personnes d’utiliser votre travail protégé par des droits d’auteur sans permission”, sans mentionner les exceptions pour le contenu intégré. Et le site interdit l’intégration de contenu d’une manière qui “viole les droits de toute personne”, y compris les “droits de propriété intellectuelle”.

LIRE AUSSI  Huawei répond au ban d'Android

Instagram a déclaré à Ars Technica qu’il “explorait” plus de moyens pour les utilisateurs de contrôler l’intégration. Pour l’instant, les photographes ne peuvent arrêter l’intégration qu’en rendant les photos privées, ce qui limite strictement leur portée sur Instagram. Même l’arrêt Mashable a exprimé des inquiétudes quant au “transfert expansif des droits” d’Instagram par les utilisateurs, ce qui permettrait d’aborder un facteur sous-jacent majeur dans les deux procès.

Cela ne signifie pas nécessairement que les sites ne peuvent pas utiliser les photos d’Instagram. Aucun des deux juges n’a statué sur ce que l’on appelle le “test du serveur” – un argument selon lequel les photos intégrées ne copient pas les photos d’une manière qui pourrait enfreindre le droit d’auteur parce qu’elles pointent simplement vers le contenu publié sur un autre site (dans ce cas, Instagram). Une décision provisoire de 2018 suggère que le test du serveur pourrait ne pas tenir devant un tribunal, mais Newsweek pourrait le présenter comme une défense, ce qui créerait un précédent plus clair.

About the author

admin

Passionnés de High Tech et de jeux vidéo, je m'intéresse aux dernières technologies. Sur ce blog, j'essaie de vous informer au mieux sur les dernières tendances, les prochains films, séries ou la prochaine console.

Leave a Comment